Bilan climatique 2017

Comme la durabilité est une évidence pour l’Assurance immobilière Berne (AIB) et ses Sociétés affiliées, nous nous sommes fixés pour objectif de réduire considérablement nos émissions de CO₂. Nous contrôlons en permanence si les mesures que nous avons prises ont un impact. Dans le bilan climatique annuel, nous montrons comment nous progressons dans les différents domaines.

Engagement interne 

L'objectif de la stratégie climatique du Groupe GVB, définie en 2007, est de parvenir à des activités commerciales climatiquement neutres. Avec environ 2,5 tonnes d'émissions de CO₂ par employé à la fin de l'année de référence 2017, le Groupe GVB est en bonne voie pour atteindre cet objectif.

Comme le montre l'analyse, la plus grande réduction peut en l’occurrence être réalisée dans le domaine de la mobilité. C'est pourquoi, le Groupe GVB a équipé 80 de ses collaborateurs du service externe de véhicules électriques en 2018. Cette acquisition n'a pas encore eu d'impact sur les chiffres du bilan annuel 2017, sur lesquels se base ce rapport environnemental. Toutefois, elle aura un impact massif sur ceux du bilan annuel 2018. L’AIB suppose que les voitures électriques réduiront les émissions de CO₂ par employé de 26 % supplémentaires. Ainsi, il sera possible d'atteindre l'objectif fixé pour 2020 - 30 % de CO₂ en moins par rapport à 2015 - dès 2018.

Domaine du chauffage 

La technologie du bâtiment a été continuellement améliorée ces dernières années, ce qui a permis de réaliser d'importantes économies d'énergie de chauffage. Depuis mars 2017, 20 % de l'énergie de chauffage sont couverts par le biogaz produit dans des exploitations agricoles suisses. Les combustibles fossiles (gaz naturel) sont utilisés pour la partie restante. Grâce à ces mesures et à d'autres, l’AIB atteint presque le standard Minergie.

Les émissions par surface ont diminué d'environ 30 % depuis 2013, passant de 13,5 kg de CO₂/m2 à 9,8 kg de CO₂/m2 en 2017. Par rapport au bilan annuel 2016, on constate néanmoins une légère augmentation des émissions, qui s'explique par l'hiver plus froid. Avec 48,7 kWh par mètre carré, la consommation de chauffage de l’AIB est néanmoins inférieure à celle de nombreuses autres entreprises comparables.

Afin de pouvoir réduire davantage les combustibles fossiles, l’AIB va examiner de manière critique le gaz en tant que source d'énergie et chercher des alternatives.

Domaine de l’électricité

Le Groupe GVB utilise depuis 2016 de l'électricité verte provenant à 100 % de sources renouvelables. En conséquence, les émissions de CO₂ liées à la consommation d'électricité par employé sont presque nulles. La consommation totale d'électricité au siège d'Ittigen a pu être réduite d'environ 29 % à 507 000 kWh par rapport à la première année de mesure en 2007 (708 000 kWh), malgré une augmentation du nombre d'employés.

La conversion du parc de véhicules en voitures électriques et les nouvelles stations de recharge dans le propre parking des entreprises augmenteront inévitablement la demande d'électricité à l'avenir. C'est pourquoi, de nombreuses nouvelles mesures sont prévues pour réduire la consommation. Par exemple, de nouveaux détecteurs de mouvements ou de luminosité seront installés, ce qui permettra un contrôle plus précis de l'éclairage. En outre, les dernières zones d'éclairage seront équipées de lampes LED à économie d'énergie (parking couvert et halls d'ascenseurs). Afin d'éviter une consommation d'énergie en mode veille, les minuteries seront également configurées pour déconnecter complètement les appareils du secteur pendant la nuit ou le week-end. 

Domaine de la mobilité

En 2017, 73 % de toutes les émissions de CO₂ du Groupe GVB étaient dues à des déplacements professionnels et à des trajets entre domicile – lieu de travail. Afin de réduire les émissions dans ce domaine, le Groupe GVB a décidé en 2018 de convertir son parc de véhicules en voitures électriques. Cela porte ses fruits : l'objectif fixé pour 2020 – 30 % de CO₂ en moins par rapport à 2015 – devrait pouvoir être atteint dès 2018.  

En ce qui concerne les déplacements entre domicile – lieu de travail, les émissions par employé ont été réduites de 1296 à 1122 kg de CO₂ entre 2007 et 2017. C’est dû à diverses mesures telles que l'augmentation des frais de stationnement pour les places de stationnement des entreprises ou à la campagne «Vélo au travail». Afin de réduire encore davantage les émissions dans ce domaine, l’AIB souhaite également proposer une alternative pour les courts trajets en voiture : directement devant le siège à Ittigen, il y a donc depuis novembre 2018 une station PubliBike avec des vélos électriques et des vélos classiques que les employés de l’AIB peuvent utiliser gratuitement pendant deux heures chaque jour. En outre, les employés qui utilisent les transports publics pour se rendre au travail bénéficient, pour la première fois depuis 2018, d'un soutien maximal de 400 CHF pour les coûts de leur abonnement. 

Domaine papier et envoi 

Le Groupe GVB utilise du papier recyclé ou certifié FSC pour ses différents supports imprimés, chaque fois que c’est possible. En conséquence, les émissions de CO₂ ont été réduites de 11 % par rapport à l'année précédente. La quantité de papier consommée par employé est passée de 700 kilogrammes (2007) à un pic de 2300 kilogrammes en 2012, en raison de l'introduction des Sociétés affiliées l'année suivante. En 2017, les employés ont utilisé environ 390 kilos de papier. 

L’AIB attache également une grande importance à la neutralité climatique des envois postaux : depuis 2013, toutes les lettres en Suisse sont envoyées de manière neutre sur le plan climatique. Les lettres expédiées à l'étranger ne représentent qu'une faible proportion du volume total des envois, c'est pourquoi l'impact des envois sur le CO₂ a pu être réduit à presque zéro. 

L’AIB s'efforce également de mettre certains documents et dossiers à la disposition de ses partenaires, par voie électronique. Par exemple, les clients peuvent aussi payer leur prime annuelle par e-facture depuis des années. Grâce à d'autres mesures de numérisation, l’AIB souhaite réduire davantage les émissions dans le domaine du papier et de l'expédition. Grâce à un nouveau portail client numérique, de nombreux processus pourront à l'avenir être traités sans papier. Le portail est actuellement en phase de planification.

Engagement externe 

En septembre 2018, le Sommet suisse de l'énergie et du climat (SwissECS) lancé par l’AIB a eu lieu pour la douzième fois. Depuis sa création en 2007 dans le cadre du 200e anniversaire de l’AIB, le SwissECS est passé d'un événement régional à la plus importante conférence nationale sur les questions énergétiques et climatiques, réunissant chaque année des experts des milieux économiques, scientifiques et politiques. 

En outre, en collaboration avec la Fondation Mercator, l’AIB finance depuis l'année de référence 2017 une chaire de professeur à l'Université de Berne, qui se concentre sur les conséquences du change-ment climatique pour l'économie et la société.